Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sang

Dans mes veines ce n’est pas du sang qui
coule, c’est l’eau, l’eau amère des océans
houleux…
Des bonaces, des jours pleins gonflent
ma poitrine, préludes aux blancs vertiges
des ouragans…
Des poulpes étirent la soie crissante de
leurs doigts et leurs yeux illunés clignotent
par mes yeux…
Des galions pourris d’or, des mâts, des
éperons de fer passent en tumulte dans
des marées énormes…
Tous les anneaux mystiques jetés aux
lagunes adriatiques, je les ai pour les donner
à celle que j’aime…
J’ai des ressacs mugissants dans mes mains
aux heures d’amour…
Et trop souvent j’étreins d’irréelles écumes
blanches qui fuient sous mon désir de chair…

© Jean Venturini ( Outlines )

******************************************************

Farewell

Écoute... La mer me parle d'orages
Par les clairs matins et de naufrages...
La mer qui pleure et chante pour moi.

Sous quels ciels incertains,

Vers quels horizons lointains
Les vents courberont-ils mes mâts?

Mon navire morne, aux airs de cercueil,
Bat dans le soir ses pavillons de deuil
Et roule au dos des houles lentes.

...Je vais partir et tu ne me dis rien!
Dans un instant je serai loin
Et cela te laisse indifférente...

© Jean Venturini (Outlines)

 A gauche Jean Venturini (1921-1940). Jeune poète marocain, corse d´origine, mort à 19 ans en 1940 dans un sous-marin au large de Casablanca. Révolté, rimbaldien, son unique recueil « Outlines » parut en novembre 1939 à Casablanca. Il annonçait un grand poète. Comment ne pas penser, le lisant, que le poète est un « voyant », qu´il est doué d´une extraordinaire prescience ?  Source : Le livre d´or de la poésie. A gauche Jean Venturini (1921-1940). Jeune poète marocain, corse d´origine, mort à 19 ans en 1940 dans un sous-marin au large de Casablanca. Révolté, rimbaldien, son unique recueil « Outlines » parut en novembre 1939 à Casablanca. Il annonçait un grand poète. Comment ne pas penser, le lisant, que le poète est un « voyant », qu´il est doué d´une extraordinaire prescience ?  Source : Le livre d´or de la poésie.

A gauche Jean Venturini (1921-1940). Jeune poète marocain, corse d´origine, mort à 19 ans en 1940 dans un sous-marin au large de Casablanca. Révolté, rimbaldien, son unique recueil « Outlines » parut en novembre 1939 à Casablanca. Il annonçait un grand poète. Comment ne pas penser, le lisant, que le poète est un « voyant », qu´il est doué d´une extraordinaire prescience ? Source : Le livre d´or de la poésie.

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0